Quel joint choisir : Joint caoutchouc ou fibre ?

En plomberie, le choix des matières qui garantissent un raccordement sans fuite est d’une importance majeure. Avoir une bonne étanchéité est ce que tout plombier cherche à atteindre en installant ou réparant vos équipements sanitaires. Si le choix d’une tuyauterie de qualité est nécessaire, choisir les bons raccords et les bons joints reste impératif pour assurer l’étanchéité des canalisations

Différents modèles de joints sont présents sur le marché, dont ceux en caoutchouc et en fibre qui sont les plus convoités par les plombiers. Lequel de ces deux matières choisir, le cas échéant ? 

Les joints en fibre 

Les joints en fibre vulcanisée sont très populaires pour tous les travaux d’étanchéité. Ils sont aussi des moins chers du marché. On les reconnaît souvent par leur couleur rougeâtre. Leur installation se fait par serrage mécanique. Il faut, toutefois, faire attention de ne pas trop serrer le raccord sur le joint au risque de l’endommager. En effet, le raccord gonfle tout naturellement au contact de l’eau. 

Les joints en fibre vulcanisée sont utilisés pour le raccordement d’eau froide/eau chaude et le chauffage. Ils ont l’avantage de supporter les températures extrêmes allant de -30° jusqu’à 80° et une pression d’eau allant jusqu’à 10 bars.

Il est recommandé de changer ses joints en fibre tous les deux ou trois ans, car ils ne sont pas connus pour leur longue durée de vie : ces joints finissent par craquer au bout de quelques années ce qui provoque des fuites, en particulier si les tuyaux sont soumis à des vibrations.

Autre les joints pour la tuyauterie, il existe des joints en fibre vulcanisée dédiés à l’étanchéité des robinets. Ils sont juste plus étroits. 

Les joints en caoutchouc

Connus également sous les appellations « joint plat » ou « joint rondelle caoutchouc », les joints en caoutchouc sont destinés à l’étanchéité des matières en plastique comme les tuyaux PVC, les siphons, les tubes en plastique, les raccords de machine à laver, les tuyaux d’arrosage, etc. Ils s’installent à l’aide d’un serrage manuel et sont reconnus par leur couleur noire.

Il est déconseillé d’opter pour ces joints dans le cas de raccords métalliques. En fait, ce type de raccord nécessite un serrage fort (difficile de le faire à la main) ce qui risque de l’abîmer ou de voir le joint s’échapper et tomber dans les canalisations (risque d’obstruction). 

Il existe un autre type de joint en caoutchouc, dit joint torique ou « joint o-ring ». En plomberie, on utilise ce joint pour l’étanchéité des pièces mobiles des robinets. Le joint torique est efficace également dans le cadre industriel pour assurer l’étanchéité d’une valve, d’un matériel médical, d’un moteur ou d’équipement agricole.

Lire aussi : Quel type de plomberie choisir : Cuivre ou Per ?

Autres modèles de joints

Il est évident de savoir que les joints en fibre vulcanisée et les joints en caoutchouc ne sont pas les seuls du marché. Il en existe même plusieurs autres variétés dont certaines sont composées à la fois de caoutchouc et de fibre. En réalité, à chaque usage convient un type de joint. 

Par exemple, il est conseillé d’opter pour les joints en Caoutchouc Nitrile Kevlar (de couleur bleue) pour l’étanchéité des tuyaux transportant du gaz, des hydrocarbures ou de la vapeur.  Ces joints, composés de kevlar sans amiante et d’un liant élastomère NBR, résistent à une température de 400° et une pression allant jusqu’à 100 bars. 

De l’autre part, on trouve les joints CSC (Caoutchouc Synthétique Cellulose) qui sont composés de fibres cellulosiques et d’un liant élastomère NBR. Ils sont destinés à la distribution d’eau potable et peuvent résister à une température de 180° et une pression de 40 bars

Que ce soit en fibre ou en caoutchouc, le bon joint est avant tout celui qui s’adapte parfaitement au raccord de destination. Il est, alors, nécessaire de connaître la taille de chaque élément avant de procéder à l’achat du joint.

Laisser un commentaire